Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 23:24
Quand les animaux étaient vénérés, on ne pensait pas à les manger. Mais depuis Descartes, on s'est mis à considérer les animaux comme des machines plutôt que comme des êtres sensibles. Les grands abattoirs et les techniques d'élevage et de sélection d'animaux observés chez les américains ont gagné tous les continents. Partout, on engraisse des animaux, on les abat, on les désassemble, bref, on ne leur accorde aucune vie avant de les tuer dans des conditions désastreuses. 

Ce constat, Fabrice Nicolilo l'a fait à travers son livre " Bidoche". Après une expérience de six mois comme ouvrier dans un abattoir, il a essayé de comprendre comment nous en sommes arrivés à ce traitement catastrophique des animaux domestiques, comment les employés des abattoirs ont du mal à assumer ce métier dont il ne parle pas à la maison, dont on ne se vente pas en société... 

Amateur de viande, il devient végétarien. Avons-nous dépassé les limites de l'acceptable ? Saurons-nous retrouver raison et mesure ? Faut-il encore  prendre conscience de nos errances ! Ce livre devrait nous y aider, à moins qu'il ne faille des crises sanitaires "décimantes" pour qu'enfin on s'intéresse au sort qu'on réserve aux espèces qu'on maltraite.

Serons-nous toujours des hommes après le Grand massacre qu'on organise ?

Qui disait " Tant qu'il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille." Autrement dit, le sort que nous réservons aux animaux n'est pas différent de celui qu'on se réserve entre nous. Quelle espèce !

Partager cet article

Repost 0
Published by bûchette - dans actualité
commenter cet article

commentaires