Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 22:44

Des nouvelles fraîches, ça passe si vite...

 

Elliot affirme un caractère bien indépendant et sûr de lui. Il aime toujours autant téter et est littéralement collé à moi toute la nuit. La journée lorsque je n’ai pas école, il tète souvent. Cependant, cette apparente dépendance tant érigée comme une menace pour l’épanouissement de chacun, l’enfant, puis la mère et le père n’existe pas. Elliot est heureux de passer la journée chez sa mamie les jours de classe. Lorsque je  vais le chercher, il soulève mon pull et cherche le sein. Il râle et me colle jsuqu’à ce que je lui donne puis repart à ses préoccupations, c’est à dire ses jeux solitaires ou non car il y a aussi Nathan régulièrement et pleins d’autres enfants, ses cousins, cousine occasionnellement.

 

Dans la catégorie vidéo, il aime beaucoup regarder des films. Sans les regarder d’un seul coup, il est capable de rester un quart d’heure peut-être plus à regarder un film. Il a commencé avec Shrek, ou les tigres de Sibérie, un documentaire du National Géographic. Il nous demande en ce moment «Chiken run», il a vu «Big fish» avec intérêt, un chaplin, «Là-haut», Odette tout le monde.... Il n’en saisit bien évidemment pas les tenants et les aboutissants j’imagine mais saisit suffisamment de sens pour rester capter par cette image belle et expressive. Il découvre un DVD au milieu des piles et nous le tend, puis allume le lecteur et s’installe dans un fauteuil face au grand écran.

Un jour, il est même allé chercher son petit fauteuil dans la grande pièce pour le mettre entre les deux nôtres. J’étais allée voir ce qu’il faisait. Il poussait son fauteuil, insaisissable pour ses petits bras et trop lourd et encombrant. Pensant qu’il voulait le pousser pour accéder à un jouet, je le décalait. Ne sachant encore s’exprimer par des mots, je sentais dans son ton et son attitude impatiente et énervée que ce que je faisais ne répondait pas à son attente. Soudain, inspirée par je ne sais quoi, je lui demandais s’il voulait emmener son fauteuil dans la pièce d’à côté. Aussitôt, comme un éclaireur il a fait quelques pas rapides dans la direction de la pièce, s’est retourné avec l’air de dire, «bon alors tu viens ?» en pointant de son doigt la direction à prendre. Ni une ni deux, j’ai saisi le fauteuil et l’ai suivi. A peine posé, Elliot s’est installé sur le fauteuil sans avoir oublié de se saisir au passage d’une télécommande. Trop mignon !

Des comme ça, il y en a plein... Des gros câlins, des parties de rire, des promenades dans la neige, des passages d’aspirateur, des allumages de feu ( enfin de loin !) dans le poele à bois, des crises pour s’asseoir dans la coque avant de prendre la route, des luttes pour éviter qu’il ne fasse des bêtises sur nos ordinateurs (il m’a arrachée une touche ...grrrr!), des «debout» sur le banc qui font dresser les cheveux sur la tête des gens, des jeux avec les autres enfants, du vidage consciencieux avec  pleins d’éclats de rire, du grand pots de petits cailloux qui entourent les hauts cactus de mamie, avec son cousin Nathan et Eloane... ce qui lui a valu sa première réprimande et le coin. Tête baissée, il regardait son cousin d’un an plus vieux que lui pour savoir comment réagir. Mamie rigolait dans sa barbe devant ce déballage qui les avait rendu si enthousiastes et complices.

Il comprend tout. Le langage n’est pas encore très riche ni articulé mais il sait parfaitement de quoi on parle. Pour le moment, il dit papa, maman avec l’intention de nous interpeller et pas seulement de s’exercer dans une sorte de babillage. Il prononce des mots après nous : gâteau, dodo (comique pour un bébé qui dit toujours non quand on lui annonce l’heure du dodo), go, Ataî (le nom de notre chow chow), et plein d’autres «trucs» déballer dans une conversation, qui , si on se donne la peine de répondre dans son langage, peut durer un moment et instaure une véritable complicité. Il est ravi de se sentir écouté, d’entendre une réponse dans son jargon auquel l'un et l'autre pouvons accorder sinon du sens du moins une valeur de communication vraie. 

 

Profitons de nos bébés, ils grandissent si vite !

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
<br /> un petit coucou de passage, dur dur de trouver du temps en ce moment<br /> je vois que petit homme entre de jour en jour dans la cour des grand si je puis dire. Embrasse le pour moi et profite bien de tous ces moments<br /> <br /> <br />
Répondre