Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 22:33

 Elliot adore faire des puzzles. Il repère autant les images que les formes des pièces; c'est en fonction du puzzle. Certains ont une empreinte des différentes pièces sur un support cartonné, d'autres n'ont rien. Les formes s'emboitent ou se juxtaposent... En fonction du type de puzzle, Elliot fait des puzzles de 36 à 52 pièces seul. On en a trouvé des sympas, présentés dans des boîtes dont la forme varie avec le puzzle qu'elle contient.

Elliot est fan de ses puzzles de chevaliers, de pirates ou de faune aquatique. Mais, il aime bien aussi les petites souris qui pique-nique ou le dauphin bleu plus simple. 

Il m'a épaté le jour où il a passé pratiquement une heure à essayer de faire un puzzle. Il prenait une pièce, la tournait dans tous les sens pour finir par la placer correctement ou finalement renoncer à son choix puis recommencer encore et encore jusqu'à la réalisation complète du puzzle !

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 23:15

"Maman est à la maison, chouette, je vais la suivre partout, on va faire des jeux, lire des albums, se promener et puis, je pourrais téter quand je veux !" Ce n'est probablement pas dans ces termes qu'Elliot se représente les choses, mais c'est tout de même un peu comme cela que ça se passe. 

Qu'est-ce qu'il est craquant ! Il faut rester bien sérieuse quand les yeux dans les yeux je lui dis "non". Comme un petit garçon bien sage, il me regarde sans arrière pensée pour juger de la fermeté du "non". ses yeux se plantent dans les miens attendant un signal pour repartir à l'assaut. Il est si respectueux et innocent que cela me donne envie de rire. Pourtant le moment est grave et important "non, tu ne tèteras pas encore, tu as tété tout à l'heure". 

C'est un véritable plaisir de communiquer avec lui, d'échanger, de partager des livres, des observations, des rires... Il utilise nos mots ou expressions, il imite les guerriers qui meurent plein de fois mais toujours se relèvent "l'épée" levée. En guise d'épée, on trouve une large gamme de produit dans les choix d'Elliot : 

-le balai et la pelle à cendre, (moins maintenant, il a compris que c'était "non" pour se battre avec mais oui pour sortir dehors les petits insectes qui rentrent dans la maison),

-les herbes hautes des bords de chemins qu'il choisit, teste et adopte si par expérience, l'herbe s'avère bien qualibrée et apte à mener des combats et protéger son vaillant combattant,

- les bouteilles vides en plastique, les bâtons multiples et variés tant dans leur forme que dans leurs matériaux.

Les vôtres aussi sont des guerriers ???

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 23:00

Des manies, ces bébés ont des manies ?
Elliot ne supporte pas que son petit seau rouge soit coiffé de son couvercle jaune. Je le pose, il l'enlève aussitôt. Une fois, deux fois, trois fois... toutes les fois. C'est insupportable ce couvercle. Il ne l'enlève pas pour attraper les formes qui sont dans le seau. Non, il l'enlève pour l'enlever. Certains ne supportent pas un pain posé à l'envers sur la table, lui c'est le couvercle sur le seau. Il le pose à côté comme si c'était sa place. Pas de pleurs ni de rancoeur, juste un geste automatique, un programme construit dans sa tête qui ne peut concevoir un couvercle sur une boîte.  

Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 04:16

J'ai découvert ce jeu de société au hasard de mes recherches sur le net. Alors que je m'intéressais aux jeux en général pour Elliot, le jeu est devenu clairement plus qu'un passe-temps un espace de création, de convivialité et de découverte autant de connaissances que de façons d'appréhender le monde par des stratégies ou des façons d'être avec soi et les autres.

Je ne jouais plus depuis que j'étais enfant. Je me suis laissée séduire par la boîte de ce jeu qui a été primé. La finition des pièces du jeu et le graphisme des cartes et du plateau de jeu est superbe. La lecture des règles m'a laissée perplexe. L'utilisation des différentes cartes et le but du jeu n'étaient pas pour moi suffisamment compréhensibles. Finalement, j'ai commencé à disposer les cartes autour du plateau et les différents pions. J'ai commencé à jouer seule, disposant mes petits wagons en plastique sur le plateau au gré des destinations que j'avais piochées. Mes lignes ferroviaires se dessinaient sur le plateau telle une toile d'araignée au gré des cartes wagons que je piochaient. Mon marqueur de score avançait sur les chiffres autour du plateau.

Je comprenais alors comment franchir un tunnel ou une mer afin de rallier une destination dont les noms sont marqués dans la langue du pays d'Europe où la ville se situe. C'est donc l'occasion de situer géographiquement certaines villes et de faire sonner son nom dans sa langue d'origine. C'est une difficulté supplémentaire parfois pour repérer visuellement une ville dont on ne reconnaît pas l'écriture au premier coup d'oeil. Ce jeu existe aussi avec une carte des Etats Unis, c'est d'ailleurs le premier jeu des aventuriers du rail qui a été primé. Un autre nous envoie en Scandinavie, les noms sont difficiles à retenir et visualiser.  

Mais, l'intérêt du jeu n'est pas d'y jouer seule. Il faut essayer de couvrir le plateau avec ses propres wagons et bloquer l'avancée de ses adversaires. Pour cela, il faut s'emparer des lignes avant les autres qui doivent s'ils souhaitent boucler leur destination en empruntant les lignes déjà conquises, poser des gares ce qui les pénalise de quatre points à chaque gare posée.
Il faut donc éviter de construire des gares et bien choisir ses destinations que l'on pioche mais qu'on peut reposer pour en piocher d'autres ou non. Le choix de piocher une destination remplace une possibilité de piocher des cartes wagons ou locomotives pour avancer. On ne progresse pas à tous les tours sur le plateau. Pour rallier une destination il faut posséder autant de cartes wagons que de tronçons dessinés sur le plateau entre deux villes étapes. Cela retarde évidemment l'avancée. Plus on pose de wagons d'un coup, plus on a de points. Cependant, il faut posséder suffisamment de cartes wagons d'une même couleur. Jouer seule ou à deux n'a pas beaucoup d'incidence sur l'obtention rapide de ces cartes. Le jeu doit prendre un tout autre intérêt quand on ajoute des joueurs. 

J'ai lamentablement perdu la première partie face à mon ami qui a récolté plus de cent points quand je réussissais péniblement à dépasser une vingtaine. Trop de petites destinations qui ne m'ont pas rapportée beaucoup de points et je n'ai pas bouclé la grande destination qui devait m'emmener de Lisbonne à Lebzig. Cette destination traverse une grande partie de la carte et peut s'avérer stratégique pour monopoliser l'espace, mais elle est difficile à conquérir par la variété des couleurs de wagons qu'il faut piocher. Au lieu de me créditer des vingt points que j'aurais marqués en la réalisant, j'ai dû les décompter de mon avancée. 

J'attends ma revanche et souhaite organiser une après-midi jeu de société pour partager un bon moment.

Quel jeu me conseilleriez-vous ? 

Partager cet article
Repost0