Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 20:45

Un petit tour du côté des blogs pour prendre des nouvelles du monde parental. Nos enfants grandissent si vite qu'un long laps de temps d'absence contraint à essayer de rattraper l'essentiel de tous ces moments et progrès qui mériteraient chacun un long développement.

Elliot va bien. Il dort dans son lit, tète toujours. C'est un plaisir que ni lui ni moi n'avons envie de délaisser. Ces temps d'allaitement sont devenus des temps privilégiés qui, s'ils me prennent du temps, sont des moments de complicité parfaite. On discute, il lâche le sein pour reprendre des mots qu'il connaît que je lui prononce, on échange des regards, des sourires, des fous rires...

Elliot commence à dire quelques mots et ses discussions s'enrichissent de nouveaux sons et de nouvelles intonations. Sa mamie qui l'avait vu au mois de février a trouvé qu'il avait énormément changé dans son attitude. Bien que ses grands parents soient septiques sur notre façon de l'élever, ils concèdent qu'il est mignon et gentil. Depuis deux semaines environ, il a ouvert la boîte à bisous. Si avant il fallait négocier, maintenant il les distribue même aux images, aux poupons, aux tables, cartons .... 

Le bisou du soir spontané avant de prendre le chemin de son lit a émerveillé son papy et sa mamie. Il fait des mimiques avec sa bouches et nous imite. Bref, tout est extraordinaire quand on découvre les progrès de son enfant.

Je vais aller voir les progrès des vôtres pour prolonger encore ce plaisir à dire, voir et partager tous les trésors que nous avons la chance de découvrir tous les jours. 

Partager cet article
Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 01:42

  Un bébé, ça grandit super vite !!!!       

DSC05218.JPGIl y a un an et demi

 

 

bb 6326Les chaussures de papa...pour apprendre à devenir grand!

bb-6335.JPG bb-6367.JPG

bb 6348En balade avec notre chow chow

 

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 21:49

Bonjour, voilà longtemps que je n'écris plus. Ca me manque, d'autant plus que je pourrais écrire des pages entières sur l'évolution de mon adorable bébé. Pas beaucoup de mots, toujours accroché au sein, le sevrage on verra ça plus tard ! 

Elliot est un adepte des arts martiaux. Il améliore tous les jours ses techniques de déplacements et ses attaques avec des épées imaginaires. Il aime beaucoup taper dans son ballon de foot et le pousser à travers toute la maison. Le plus rigolos c'est encore les courses poursuites autour de la table à manger. Il déguerpit droit comme un i, la bouche grande ouverte sur un rire, les coudes au corps dans la position du sprincteur. Attention aux changements de direction quand soudain sa poursuivante (maman) choisit de l'intercepter en faisant demi-tour afin de se retrouver face à face. 

"core" dit Elliot. Irrésistible ce bébé et nous voilà repartit dans notre course. Je finis sur les "rotules", à force de courir à moitié courbée pour l'attraper et riant moi-même de ce jeu insouciant.

Je retombe volontier en enfance lorsque l'on joue ainsi tous les deux. Il aime bien ses livres qu'il prend toujours à l'envers sans s'en rendre compte, son petit piano électronique qu'il a eu à Noël, ou le jeu de société "labyrinthe" dont il observe les cartes, éparpille et range aussi (avec sérieux) les tuiles du jeu. Il admire le dragon qu'il nomme "dagon" avec une prononciation qui vient du fond de la gorge, l'épée, la chauve-souris ou le hibou. Le lutin l'intrigue aussi. Il retrouve une image identique à une autre et a même réussi à placer les personnages sur leur base en respectant les couleurs.

On réalise en fait que Elliot comprend plein de choses et qu'il est capable de faire de plus en plus de choses. Il nous observe nous imite, émet des sons qui gagnent en force, s'amuse de nos bêtises autant que nous nous amusons des siennes.

Il est sérieux dans ses efforts à réaliser une tâche. Aucune n'est plus importante qu'une autre, du système d'attache de sa salopette au nettoyage de la maison avec l'aspirateur, du service des plats à table à l'épluchage des mandarines dont il met avec soin les écorces dans la poubelle, d'un transvasement de sable à un transvasement de nourriture et de liquide... (bonjour, le nettoyage, mais bon...)

On se fâche parfois, quand il court sur la table pour bien entendre le bois sonné sous la lourdeur de ses pas. On se fâche quand il refuse de lâcher la pelle à feu pour l'utiliser comme épée; On se fâche quand il ne veut pas s'installer dans sa coque pour voyager, quand il faut le changer ou l'habiller (surtout avec maman !!!), quand il faut faire dodo et qu'il est trop énervé pour s'endormir, quand  je lui refuse le sein qu'il réclame après une contrariété  pour se calmer etc...

Mais ce qui reste le plus tendre et adorable ce sont ses câlins, véritables pansage de tous les soucis du travail et du quotidien.  

Je penserai à glisser quelques photos la prochaine fois, mais pas trop je voudrais pas faire des envieuses (hihihi!)

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 22:44

Des nouvelles fraîches, ça passe si vite...

 

Elliot affirme un caractère bien indépendant et sûr de lui. Il aime toujours autant téter et est littéralement collé à moi toute la nuit. La journée lorsque je n’ai pas école, il tète souvent. Cependant, cette apparente dépendance tant érigée comme une menace pour l’épanouissement de chacun, l’enfant, puis la mère et le père n’existe pas. Elliot est heureux de passer la journée chez sa mamie les jours de classe. Lorsque je  vais le chercher, il soulève mon pull et cherche le sein. Il râle et me colle jsuqu’à ce que je lui donne puis repart à ses préoccupations, c’est à dire ses jeux solitaires ou non car il y a aussi Nathan régulièrement et pleins d’autres enfants, ses cousins, cousine occasionnellement.

 

Dans la catégorie vidéo, il aime beaucoup regarder des films. Sans les regarder d’un seul coup, il est capable de rester un quart d’heure peut-être plus à regarder un film. Il a commencé avec Shrek, ou les tigres de Sibérie, un documentaire du National Géographic. Il nous demande en ce moment «Chiken run», il a vu «Big fish» avec intérêt, un chaplin, «Là-haut», Odette tout le monde.... Il n’en saisit bien évidemment pas les tenants et les aboutissants j’imagine mais saisit suffisamment de sens pour rester capter par cette image belle et expressive. Il découvre un DVD au milieu des piles et nous le tend, puis allume le lecteur et s’installe dans un fauteuil face au grand écran.

Un jour, il est même allé chercher son petit fauteuil dans la grande pièce pour le mettre entre les deux nôtres. J’étais allée voir ce qu’il faisait. Il poussait son fauteuil, insaisissable pour ses petits bras et trop lourd et encombrant. Pensant qu’il voulait le pousser pour accéder à un jouet, je le décalait. Ne sachant encore s’exprimer par des mots, je sentais dans son ton et son attitude impatiente et énervée que ce que je faisais ne répondait pas à son attente. Soudain, inspirée par je ne sais quoi, je lui demandais s’il voulait emmener son fauteuil dans la pièce d’à côté. Aussitôt, comme un éclaireur il a fait quelques pas rapides dans la direction de la pièce, s’est retourné avec l’air de dire, «bon alors tu viens ?» en pointant de son doigt la direction à prendre. Ni une ni deux, j’ai saisi le fauteuil et l’ai suivi. A peine posé, Elliot s’est installé sur le fauteuil sans avoir oublié de se saisir au passage d’une télécommande. Trop mignon !

Des comme ça, il y en a plein... Des gros câlins, des parties de rire, des promenades dans la neige, des passages d’aspirateur, des allumages de feu ( enfin de loin !) dans le poele à bois, des crises pour s’asseoir dans la coque avant de prendre la route, des luttes pour éviter qu’il ne fasse des bêtises sur nos ordinateurs (il m’a arrachée une touche ...grrrr!), des «debout» sur le banc qui font dresser les cheveux sur la tête des gens, des jeux avec les autres enfants, du vidage consciencieux avec  pleins d’éclats de rire, du grand pots de petits cailloux qui entourent les hauts cactus de mamie, avec son cousin Nathan et Eloane... ce qui lui a valu sa première réprimande et le coin. Tête baissée, il regardait son cousin d’un an plus vieux que lui pour savoir comment réagir. Mamie rigolait dans sa barbe devant ce déballage qui les avait rendu si enthousiastes et complices.

Il comprend tout. Le langage n’est pas encore très riche ni articulé mais il sait parfaitement de quoi on parle. Pour le moment, il dit papa, maman avec l’intention de nous interpeller et pas seulement de s’exercer dans une sorte de babillage. Il prononce des mots après nous : gâteau, dodo (comique pour un bébé qui dit toujours non quand on lui annonce l’heure du dodo), go, Ataî (le nom de notre chow chow), et plein d’autres «trucs» déballer dans une conversation, qui , si on se donne la peine de répondre dans son langage, peut durer un moment et instaure une véritable complicité. Il est ravi de se sentir écouté, d’entendre une réponse dans son jargon auquel l'un et l'autre pouvons accorder sinon du sens du moins une valeur de communication vraie. 

 

Profitons de nos bébés, ils grandissent si vite !

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 22:54

Pas toujours facile de comprendre les demandes de son bébé en rentrant le soir après une journée de travail et chacun son vécu de la journée, sa fatigue... 

Il joue. Tout va bien. Il arrive dans la cuisine où je suis comme d'habitude le soir plus pour ranger que préparer à manger. Elliot sort les casseroles du placard, trimballe un tuyau souple en pvc, agite la tête de loup au-dessus du plan de travail, réclame ce qu'il y a dans le frigo quand il l'aperçoit ouvert, déclenche la mise en route du four, secoue la porte du four pour tenter de l'ouvrir, vide le grand placard s'il est resté ouvert, ouvre la porte du grand meuble de la salle à manger et récupère le chocolat qu'on range là, vide la gamelle d'eau de notre chow chow, la poursuit avec un tourne vis, ouvre le buffet qui contient de l'outillage et beaucoup de fatras un peu là parce qu'ailleurs il n'y a pas de place... Je continue ? Ils sont tous pareils, non ?

S'ajoute de la mauvaise humeur après quelques plaintes auxquelles je n'ai pas prêtées assez attention. Vite, le repas. Non, il s'agite, pleure, hurle,se tord sur sa chaise pour essayer d'échapper aux sangles qui le retiennent... Stop. Retour au calme, je le délivre même s'il n'a rien mangé; Visiblement il n'a pas faim. C'est pour lui surtout l'heure du câlin, mais maman n'est pas dispo et l'agitation d'Elliot m'excède. On prend la douche ? Non plus. J'ai envie de fuir ses sollicitations, je ne comprends rien !!! 

Enervée et en colère, Je gronde Elliot mais il est fatigué et une petite tétée le réconforte... 

Je me dis que s'il parlait ce serait plus simple. A tâtonner dans les réponses à ses demandes on perd du temps et de l'énergie. Il nous faut enrichir son vocabulaire de signes !

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 23:03

Une série d'émissions sur la naissance sont encore disponibles à l'écoute sur le site de France culture dans le cadre de l'émission "Sur les docks"

"Ce documentaire s’est attaché à recueillir les sons et la parole de femmes autour de leur accouchement. Peu de temps avant de le vivre, pendant le déroulement du travail et de l’expulsion, puis après la naissance.

Quelle perception se font-elles de cet événement ? Quelles pensées et quelles peurs, quels fantasmes et quels doutes les accompagnent jusqu’au bout ? Quelle place garde à leurs yeux l’accouchement dit « naturel » à l’heure où la technique médicale prend parfois le pas sur l’inné ? Quand le langage s’efface et que le corps agit, que dit-il ? Que vivent ces femmes dans leur chair, dans leur souffle, dans leur corps ?

 

A l’écoute des langages bruts et poétiques qui entourent ce phénomène, ce documentaire retrace ce mouvement de mutation où, de femme, l’on devient mère. Il tente de capter ce glissement, et de partager cet instant par les sonorités qui le définissent, ceux du langage et ceux du corps.

Quels sont les mots des mères pour dire l’événement qui nous a fait naître ? Quelle représentation sonore, peut-on donner aujourd’hui de ce phénomène d’apparition, qui est celui de chacun d’entre nous ?" 

 

A vos souvenirs ou pour vous accompagner vers une future naissance Alicia, maman d'Anouchka...

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 23:29

La peinture aux doigts à 16 mois c'est pas ça ! Après avoir pris quelques précautions pour protéger le sol avec une nappe en plastique et mis un vieux t-shirt autant à Elliot qu'à moi, on ouvre le pot de peinture rouge que Elliot a choisi.

Quelques jours auparavant, Elliot a malaxé de la pâte à sel. J'ai fait cuire finalement quelques objets façonnés grossièrement avec Elliot observateur. 

L'objectif ambitieux était donc de les peindre et de laisser ensuite libre court à son imagination sur une feuille.

Elliot comme d'habitude, approche doucement un doigt de cette substance crémeuse et le retire méfiant, observant la marque rouge un peu épaisse qui colle au bout de son doigt. Aussitôt, il l'essuie sur son t-shirt et pantalon. Aï, aï... Il attrappe ensuite le pot et se prépare à le renverser. J'interviens, il plonge les doigts dans la peinture ! Son papa qui passe à ce moment-là, craint pour les murs en chanvre.

Finalement, je peins en rouge l'escargot en pâte à sel, Elliot ne veut pas approcher son doigt de la feuille...

Bilan : on change de vêtements de la tête au pied plus lavage insistant des mains. 

C'est vrai qu'en ce moment, Elliot se préoccupe beaucoup de l'état de ses mains. Si elles sont sales, il cherche à les essuyer, si elles viennent de sa bouche, il les observe un instant avant de les porter une nouvelle fois à la bouche. 

N'auriez-vous pas quelques témoignages de "râtés" de ce genre dans vos souvenirs ?

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 08:26

 Elliot est en pleine phase de découverte et il faut suivre ! Dehors de préférence ! Il va voir les chevaux, plonge sa main dans les sacs d’aliments et verse son contenu par terre ! Parfois dans le seau d’un cheval avec un peu de chance.

Les baies et fleurs l’attirent, l’intriguent et il faut veiller à ce qu’il n’avale pas l’un de ces végétaux.

Sa mamie me suggère d’installer un bac à sable car effectivement, comme il peut le faire avec tout ce qui lui tombe sous la main, il expérimente les transferts de matériaux et de liquide d’un récipient à un autre... ou pas !

J’aimerai également lui acheter un petit tricycle car il aime bien être transporté et même roulé sur le siège à l’arrière du vélo.

Par contre la coque dans la voiture, bien rare quand il s’y installe sans hurler. Il prend de la force et ça devient une véritable lutte pour qu’il s’y assoit. 

Pas question non plus de le frustrer en l’obligeant à interrompre ses jeux ou découvertes. Il se met en colère et se couche par terre. Le prendre dans les bras revient à essayer de saisir une anguille et c’est  dans les larmes et les cris qu’on parvient à nos fins qui ne sont pas les siennes.


Il est encombré au niveau de la gorge. Il y a une semaine il a eu trois jours à 40°C sans que le docteur mette un nom sur le soucis. Le quatrième jour, plus de fièvre mais une irruption de rougeurs qui lui couvraient le dos, le ventre et le visage. Probablement une crise d’urticaire... ? 

Pas beaucoup d’appétit en ce moment mais il reste en grande forme !

Ses discours comportent de plus en plus de mots et il fait même des phrases qui semblent expliquer, argumenter, demander... Je pense que Eloane, sa «cousine», qu’il côtoie chez sa mamie et qui est âgée de quatre mois de plus que lui est non seulement une compagne de jeu mais un exemple qu’il prend en modèle : mais qui t’a appris à faire cette grimace ? Comme tu parles bien !

 

Bon, c’est pas bien de se glisser dans les amours de son bébé, mais je constate qu’il adore se promener avec une photo d’Eloane...         

 

 Il sollicite tant notre attention, impose tant d’exigences et de désirs que c’est parfois agréable de retrouver un peu de liberté de mouvements pour agir à son rythme, réfléchir à des projets ou tout simplement prendre le temps d’écrire un peu et de surfer sur le net.   

 

Il est si câlin que c'est toujours un plaisir de l'accompagner dans ses jeux, découvertes ou lecture.     

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 22:44

Voilà, le mois de septembre se termine et Elliot était accueilli dans le cadre d'une place d'urgence à la crèche. En effet, on avait besoin d'une solution de garde en attendant l'opération puis la convalescence de sa mamie. 

Il nous paraissait aussi important qu'il côtoie d'autres enfants de son âge et découvre d'autres personnes et lieux. Mais les premières tentatives furent douloureuses et le papa était toujours confronté aux pleurs de son fils quand il devait s'en séparer en début d'après-midi. Les choses se sont arrangées après une pause forcée à cause d'un petit virus qui excluait Elliot de la fréquentation de la crèche.

Lorsqu'il y est retourné, après les pleurs de séparation, il avait fini par trouver les jeux agréables et les personnes fréquentables. Je le retrouvais le soir jouant avec une petite voiture jaune dans un coin, pas anxieux du tout.

Difficile de déstresser le papa qui ne voit plus l'intérêt de la crèche en cette fin de mois. J'aimerai le mettre au moins une après-midi par semaine, pour qu'il retrouve ses jouets, un espace et des personnes extérieures à la famille. En même temps, Elliot n'a que quinze mois...

Et pour vous la crèche répond à quel besoin ? Ou, quelle phobie... ?

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 21:24

L’acclimatation progressive à la crèche ne s’est pas très bien passée et à 16h45 quand je suis sortie de l’école pour aller le chercher, un message sur mon portable m’informait que Elliot pleurait beaucoup et qu’il faudrait venir le chercher.Le papa n’était pas joignable. Je m’inquiétais car le message datait d’une heure au par avant. Finalement, son papa était là depuis trois quart d’heure. Elliot l’avait littéralement collé jusque là et recommençait à jouer cinq minutes avant mon arrivée. Bon, la séparation a été difficile et les pleurs ont duré même après le départ du papa. Elliot a pris conscience de la séparation et s’inquiétait peut-être de l’abandon de son père...? Inconsolable. Les «nounous» ont pourtant fait preuve de patience et de compréhension mais cette fois-ci vainement.  J’espère que ça ira mieux lundi après-midi...

 

Partager cet article
Repost0