Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 21:21

Petite soirée entre papa et Elliot. Au moment de s'endormir, il proteste et...bascule par-dessus les barreaux de son lit. Gros boum qui affole le papa. Des bras de maman il attérit dans ceux de papa. Je les laisse et les entends, un moment plus tard, jouer, discuter et raconter des histoires faites de mugissements, de babillages et de petits commentaires. L'heure du dodo est dépassé mais finalement sa chute et la panique du papa l'ont bien réveillé. Pas de doute, ce bébé n'a pas sommeil et son papa, un peu surbouké prend le temps d'être avec lui.

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 21:29

Depuis quelques jours, Elliot ne dort pas l’après-midi. Il manifeste un état de fatigue, chouine, tète et ... se couche par terre les bras étalés de chaque côté de son corps, jambes abandonnées, la tête qui repose tout doucement sur le sol. Il semble apprécier les sensations que lui procure cette position relaxante. Cependant, même laissé ainsi, le sommeil ne vient pas. Il résiste ! 


Partager cet article
Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 22:54

 

Elliot affirme ses désirs en acceptant ou en refusant de faire, de se déplacer... Il adopte un répertoire pour communiquer composé de mimiques, d’attitudes, de façon de discourir, de solliciter de s’occuper qui nous signifie sa place en même temps que la nôtre en tant qu’interlocuteur bien différencié de lui. C’est sans doute sa façon d’affirmer son «je» .

 

Il prend des initiatives et nous étonne par ses compétences qui nous semblent se multiplier si vite depuis deux mois. Il monte l’escalier, ne le redescend pas encore, il attrape tout ce qu’il peut, il veut tout voir, il participe, il découvre et s’éloigne de nous pour faire sa vie. Rien ne l’étonne de tout ce qu’il voit comme si tout allait de soi et qu’il en avait une connaissance implicite. De ce fait, rien ne l’effraie, au contraire tout est bon à prendre et à apprendre : les sons de ses pieds sur le carton, la particularité attractive des vélos et engins motorisés comme le voiture, la tondeuse, les chevaux et surtout leurs hennissements qu’il adore imiter tout comme le meuglement des vaches, l’aboiement des chiens ou le miaulement des chats. Il a d’ailleurs pour ces derniers une tendre affection. Ce n’est pas pour autant qu’il est doux avec, si on observe son attitude avec Sardine, la chatte de quelques mois de ma cousine Véronique. En effet, il l’attrape par la queue, lui tire la fourrure et tape plutôt que caresse. Il faut compter sur la grande compréhension de nos animaux pour accepter de subir ces assauts sans réagir de façon belliqueuse. Ce traitement s’applique aussi aux chevaux ou à Ataï, notre chow chow, qui pour le moment préfère garder ses distances.


Mes journées sont donc très accaparées par ce petit explorateur. Nous dessinons aussi. Notre première co-production est dans le tiroir de mon bureau avec la date d’indiquée. Elliot tient un feutre mais aussi sa fourchette pour manger même s’il faut l’aider à piquer ses aliments. Il proteste si on lui tient le verre pour boire, il tient le pommeau de la douche pour se laver... Ses mains fourmillent d’envie de toucher, saisir, effleurer, effeuiller, déchirer, lancer, attraper....

 

Ses pieds suivent le rythme de ses envies et c’est à toute allure qu’il se précipite vers une nouvelle destination, un nouvel espace à conquérir, un nouvel animal à observer. La tête généralement dirigée vers le sol, ses yeux guettent l’objet qu’il va ramasser après une sélection des plus minutieuse. je ne connais pas ses critères de choix mais il ne ramasse pas n’importe quel gland ou caillou. Il adore tenir un bâton qu’il utilise pour taper sur les objets ou pour le traîner ou pousser. 


Partager cet article
Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 00:20

Les conversations d'Elliot ? Un brin d'interrogations, d'affirmations et beaucoup de discours. Il déambule en se balançant, les mains généralement fermées sur un objet qu'il vient de découvrir ou conquérir (rarement un jouet) et il raconte, dialogue avec lui-même...Il parcourt les pièces, l'allée et l'espace environnant d'un pas alerte, ne s'émouvant de la présence d'aucun obstacle, du fil de clôture ( non électrifié) au dénivelé important en passant par les irrégularités du terrain. Il court presque. Il adore se promener car tout l'interpelle et mieux que les attractions foraines, les petits cailloux, bûchettes et autres petites choses qui jonchent les chemins l'interpellent. Finalement, pas si mal choisi mon pseudo et nom de blog.

Partager cet article
Repost0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 16:01

 

Elliot est en pleine forme. Nous nous promenons souvent avec notre chow chow sur le chemin qui contourne les champs. Il prend le chemin à pied et apprécie de s’arrêter pour prendre un caillou, un gland, un bâton...Toujours avoir quelque chose dans les mains semble être sa devise. S’il n’a rien il furette à droite à gauche, avance la tête baissée pour repérer un bout de quelque chose à ramasser. C’est lorsqu’il a trouvé que le bonheur absolu est proche de celui qui fait suite à une conquête.

 

Fort de ses trouvailles, il se redresse et part en trottinant sur le chemin, d’un pas décidé et alerte, se balançant un peu à la Charlie Chaplin. Il continue cependant de regarder autour de lui à la recherche de ce qui pourrait être mieux ou différent. Sa curiosité n’est jamais satisfaite par une trouvaille. Je lui interdis de mettre les cailloux du chemin dans sa bouche, les fruits pourris qui jonchent le sol sous les pommiers de la haie, les végétaux en général. Cependant, du haut de ses quatorze mois, il connaît «la musique» maintenant. Alors, s’emparant d’une feuille ou d’un caillou, il guette ma réaction, me tend son plus beau sourire, enfourne le plus vite possible son trésor et demi tour en avant toute pour une fuite rapide afin d’éviter que je ne l’attrape pour récupérer ce qu’il a dans la bouche. C’est même devenu un jeu de poursuite, il fait semblant de mettre dans sa bouche un gravier, je le poursuis en grognant, il fait le geste d’enlever ce qu’il avait tenter de glisser dans sa bouche, puis fort de m’avoir tromper sur ses intentions, il recommence pour à nouveau provoquer la mini poursuite... 

 

Il est très demandeur de ces petits jeux de poursuite, de «fait moi peur», ou de moments de câlins, quand dans mes bras, il devient un pantin qu’on ne peut plus poser tellement il perd toute tonicité. C’est une anguille qui se tortille, un serpent qui se love, une boule de douceur qui se détend d’un coup, puis ramène tout son corps groupé comme celui d’un bébé pour occuper l’espace des bras, expérimenter le confort d’un portage en confiance. On alterne des mouvements de rotation de petit lancés de perte d’équilibre, de chute... Il se laisse aller, la tête abandonnée qui pend en arrière, le sourire ravi éclairé de ses petites dents.


 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 23:24

Treize mois, et alors ? Alors, ça change beaucoup de choses :

- plus de parc pour contenir les déplacements du petit bonhomme.

- plus de youpala, marcher les mains en l'air tenues par un adulte c'est plus rigolo.

-il grimpe partout, touche à tout, se hisse sur la pointe des pieds en se soutenant à bout de bras sur le rebord de la table pour essayer de voir sinon d'atteindre de l'extrémité de ses doigts ce qu'il pourrait bien attrapper.

- il veut une fourchette ou un couteau pour piquer dans son assiette en nous imitant, il ne veut pas manger tant qu'on accède pas à ses exigences  il montre du doigt ce qu'il désire, si on se trompe l'objet vole plus loin sans aucun autre égard, si on se trompe plusieurs fois ce sont les pleurs de colère et de désespoir. Alors, il désigne avec ses mains son attache qui le maintient sur sa chaise et fait mine de la défaire. Pas de négociation, puisque personne ne comprend rien, je veux descendre !

Il y a la découverte de l'aspirateur, du vaporeta, des prises électriques et surtout ce qu'il adore, les rallonges et autres cordons électrique qu'il secoue, goûte et traîne comme un doudou...

Nouveaux jeux, nouveaux rites, nouvelles séances d'observations mutuelles. De mon côté je découvre un bébé qui sait ce qu'il veut et qui l'affirme haut et fort. De son côté, il teste à fond le non. Quelle peut bien être la signification de ce mot ? C'est peut-être un peu comme bravo, alors je recommence ! 

Les envies d'exploration sont plus fortes que la raison. D'ailleurs qu'est-ce que c'est la raison ? C'est toujours celle des grands qui compte ? Peut-on demander à un bébé d'être raisonnable ?

Quen est-il de vos bébés ? 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 22:27

Une des étapes majeure dans le développement de l'enfant est l'acquisition de la marche. Stimulé, certainement, motivé, sans hésitation, Elliot a exécuté ses premiers pas seul pour venir dans mes bras ou ceux de Tata ou mamie. 

Pas d'urgence, bien sûr, mais c'est comme l'imminence d'une naissance, Elliot accomplit ses premiers pas, un an après avoir découvert la lumière du jour. Un anniversaire qui répète un exploit, celui de naître au monde une première fois en émergeant de la grotte protectrice de mon ventre et celui de s'aventurer avec l'âme d'un explorateur à travers la maison dans la position verticale qui permit aux premiers hommes d'acquérir une carrure dominante et une certaine maîtrise de leur territoire.

Voilà pourquoi, marcher tôt, "normalement" ou tardivement, prend une telle importance dans l' inconscient des familles impatiente de voir grandir ce petit bout de chou, qui, soit dit en passant, tète toujours sans faire ses nuits complètes, mais dont on ne peut douter de sa capacité à devenir autonome et s'émanciper. 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 21:38

Revivre cette journée mémorable, le 14 juin 2009 et se dire qu'on a vécu quelques chose de fort, de grand, d'impressionnant. Premier contact, premier regard, premier bisou, premier "pas" dans les bras, première nuit contre moi, premières émotions, premier début du reste de notre vie à trois avec toi. bb 5441

Un xylo à roulette, pour fêter en musique la première année de notre bébé.bb 5589

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 22:40

Coucou

La reprise du travail m’a éloigné de mon récit de cette première année partager avec Elliot.

 

Nous sommes le 8 juin. Dans six jours, Elliot aura un an.

 

C’est un anniversaire extrèmement symbolique.

Les dernières semaines, notamment avec le retour du printemps me ramène à l’année dernière quand, arrêtée, je suivais le rythme des jours au fil du temps, découvrant les chemins avec les chow chow, fabriquant des objets pour Elliot, préparant un conte que je présentais aux maternelles de Véronique, ma cousine, écrivant sur un blog, vérifiant les derniers préparatifs pour la maternité, achetant le dernier body, le dernier bonnet...

 

Je revois sans avoir besoin de les regarder les photos de mon ventre, et celles que je prenais au hasard de mes balades, consciente de vouloir garder le souvenir de cette attente non seulement dans mes souvenirs mais aussi un peu de façon sensorielle en rappelant les odeurs, les sensations tactiles, auditives et visuelles simplement en regardant des photos et en lisant des textes écrits pendant cette période.

 

Période heureuse, oh combien heureuse ! J’ai eu une maternité épanouissante et créative. Mon ventre à cette époque était sûrement déjà très tendu et douloureux, lourd à porter. Je vivais les derniers jours d’une aventure exceptionnelle qui restera pour moi, l’expérience la plus magique qui soit. Le jour de l’accouchement, les contractions ont commencé la nuit, mais ce n’est qu’en fin d’après-midi qu’Elliot est né. Et là commence le récit de sa vie, de notre vie à trois. 


Elliot est devenu un petit garçon curieux, qui apprend, qui nous étonne, qui rigole, qui partage, qui aime tendrement, qui se met en colère, qui veut marcher, qui veut parler, qui veut saisir de sa main tendue ce que son doigt nous demande d’atteindre quand, dans nos bras, il se tourne dans une direction à la recherche d’un sujet passionnant d’exploration. Pas de répit pour cet explorateur en herbe qui découvre sans frayeur ce monde dans lequel un 14 juin en début de soirée, il a plongé.


On a privilégié un maternage autour du portage et de l’allaitement ainsi que de la disponibilité en arrêtant de travailler six mois, plus un mois d’allaitement, plus deux mois et demi de congé maternité. Je lui ai donné tout mon temps jusqu’à l’épuisement et parfois le moral était en berne. La fatigue et les conseils contradictoires m’ont assombri parfois le tableau idyllique du maternage. Aujourd’hui, j’ai repris le chemin de l’école. J’ai retrouvé une fonction mais au-delà, une reconnaissance professionnelle validée par une inspection et le goût de travailler sur des projets qui m’ont permis de changer un peu d’ambiance. C’est aussi une «re-naissance au monde du travail mais surtout de l’activité qui me permet de sortir du face à face avec mon bébé. Lui aussi, change de rythme mais son accueil chez sa mamie devenue Nounou lui permet de vivre au mieux ces petits changements. Les bébés ont tout de même une sacré capacité d’adaptation.


Il ne fait pas de nuits complètes, il tète nuits et jours, il n’a ni tototte ni doudou... et on a un bébé génial !

Notre médecin nous a dit qu’Elliot est comme étaient ses enfants petits. Ils n’ont eu aucun mal à construire leur vie avec leur désir de faire et de tenter. 


Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 22:36

Elliot est dans son parc. Il y va encore de bon coeur de temps en temps, d'autres fois, il faut rester un moment au-dessus du parc et venter les jouets qui s'y trouvent. Alors, alléché par la perspective de toucher ses jouets qui semblent si intéressants, on plonge dans le parc et Elliot entreprend de tout jeter au travers des barreaux de façon énergique et forte, ou il attrape ses jeux préférés.

En fait de jeux, il s'agit de son croco xylo dont il attrape la baguette pour composer sur les lames un petit air de son choix. Il est très patient et prend autant de temps à observer sa baguette qu'à jouer dans une grande concentration un petit air bien inspiré. Les thèmes sont doux mais ils deviennent parfois orageux et les notes métalliques éclatent sous le coup de baguette puissant et répété. Le calme revient, et la baguette glisse alors sur l'instrument égrainant les notes douces du clavier. 

Aujourd'hui, Elliot a découvert ravi le son produit par une petite balle en plastique qui roule sur les lames. C'est beau un sourire de bébé !!!!

Ce qu'il aime aussi en priorité et bien, ce sont les livres. Il les dévore, les déchire...et les lit ! Il les lit du bout du doigt qu'il pointe sur une image en émettant un petit son pour ponctuer son propos. Il les lit quand, se saisissant seul d'un livre, il tourne les pages et prend le temps de balayer du regard la double page. Puis, il tente de soulever la page suivante avant de la faire tourner et de s'extasier sur l'apparition de nouvelles images. Aujourd'hui, il pointait une couleur de l'arc-en ciel et je lui lisais les couleurs.

Il aime tout particulièrement un livre qui sollicite le toucher mais il apprécie aussi trois de ses livres en tissu. L'un est peuplé d'animaux de la ferme dans un univers sonore, un autre raconte la promenade d'une fourmi en compagnie de son amie l'abeille et le troisième nous permet de frapper à la porte d'une ferme pour visiter avec la fermière les étables, les hangars et le bord de l'étang.

C'est une première approche de lecture d'un livre.  Evidemment, il ne lit pas des mots, qui a pensé cela ...

Partager cet article
Repost0