Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 23:07

Je n'ai pas attendu les lunettes de soleil pour dire non à mon bébé. Non à la plante qu'il touche, arrache, fait tomber ou mange, à la gamelle des chow chow dont les croquettes ou l'eau sont bien attirantes. Non à la main qui griffe et pince un peu fort, non aux dents qui me mordent quand exité, il ne sait plus quoi faire pour être insupportable.

Bref, un bébé plein de vie qui découvre le monde et qu'on doit protéger, sans excès, qu'on doit accompagner dans ses découvertes, sans excès, qu'on doit amener à la rencontre des autres...Un bébé  avec qui on partage notre vie.

Nous voilà donc aujourd'hui, sous un grand et chaud soleil a effectuer différents travaux dehors. Elliot est installé dans la poussette qu'on utilise pour les siestes. A l'ombre, il s'endort puis se réveille et observe. Cependant, une conjonctivite colle encore un peu ses yeux. Les lunettes de soleil deviennent nécessaires. Les yeux bleus, c'est fragile ! Seulement, entre acheter des lunettes de soleil et porter des lunettes de soleil, si le premier acte est évident pour la maman, le deuxième est inconcevable pour le bébé. "Qu'est-ce que j'ai devant les yeux, qui m'appuie sur le nez, me retrousse les oreilles et me comprime la tête comme dans un piège ?" s'inquiète Elliot.

Non, répond la maman quand le bébé attrape ses lunettes avec la ferme intention de les éjecter loin comme les objets qui doivent "dégager" et vite de son champ de vision.

Non ? s'étonne le bébé, Vraiment ? insiste-t-il en tentant une nouvelle fois d'ôter ses lunettes.

Non, maman insiste, bébé proteste en se jetant en arrière et en restant tout mou pour empêcher maman de le contraindre à se redresser et ainsi permettre qu'on lui remette ses lunettes.

Elliot proteste. Cependant, il proteste sur la table à langer pour être changer, il proteste quand je lui nettoie les yeux, il finit par concéder les lunettes... Enfin,  pas trop longtemps !

Partager cet article
Repost0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 23:24

Elliot a dix mois 1/2. C'est un petit garçon qui se tourne maintenant beaucoup vers son papa. S'il a le choix, maman n'a plus sa préférence. Pourtant, je l'allaite toujours. 

Cependant, lorsqu'il aperçoit son papa qui, en rentrant du travail vient lui faire un petit coucou alors qu'il est sur la table à langer ou la chaise haute, il tend les bras désespérément vers son "sauveur" et finalement pleure et se met en colère en voyant partir ce père tant désiré.

Le change des couches reste pour Elliot une épreuve difficile. Il faut soit être inventif pour l'occuper, le faire rire ou se dépêcher. Il se calme dès qu'il peut être debout. "Je ne suis plus un bébé, semble-t-il me dire, pour qu'on me change coucher sur cette table trop courte !"

C'est vrai qu'il grandit. Son corps ne rentre plus dans les mêmes espaces et de même, son désir de découverte nécessite un champs de vision plus large, des choses à attraper à proximité, des libertés de mouvements.

Il aime toujours passer des moments dans son parc avec un jeu de perles qu'on glisse sur des tiges métalliques sinueuses (ça doit bien porter un nom, mais lequel...??) ou avec son croco xylo.

Il lit ! Enfin, presque. Il attrape les livres soit disant solides qu'on lui laisse à disposition et les ouvre.... tourne les pages.... pointe du doigt une image en ponctuant ses découvertes d'interjections vigoureuses.

Il aime beaucoup son premier livre à toucher en carton épais. Le papillon de la couverture a toujours un franc succès

: aile en carton ondulé et bout de tissu tout doux.

Désolé pour Tchoupi. Face à son succès et malgré les pages plastifiées, il n'a pas fait exception au "goûtage" 'Elliot,

mais surtout à son désir d'écraser avec sa machoîre aux dents naissantes les pages du livre, comme s'il voulait

le déchiqueter.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 10:51

On me le prédisait et je confirme, le neuvième mois que de changements ! Bébé devient petit garçon qui affirme haut et fort ses désirs et on devine son caractère bien trempé. Les doudous, toujours pas ! Elliot les prends et les jette de façon énergique par dessus bord que ce soit la poussette dans laquelle il fait maintenant ses sieste, dans le parc, sur le tapis ou dans le lit. Pas de doudou pour le consoler la nuit quand il se réveille, le sein et la chaleur de maman c'est plus sympa. Ce qu'il y a de bien dans tout ça, c'est qu'en dépit des prévisions catastrophiques qui me promettaient une séparation difficile avec la reprise du travail et la garde chez la mamie, tout c'est bien passé. Avec moi, il tète avant ses siestes, mais si je ne suis pas là, il s'endort bercé. Pas de pleurs ni d'angoisse de séparation. On est heureux de se retrouver mais aussi de se quitter.

Il faut dire que sa mamie est très maternante et son papa le garde de temps en temps. 

Je suis vraiment contente d'avoir pu profiter de ses premiers mois car de le laisser ne serait-ce qu'un journée de travail, je le retrouve changé. Le travail accapare un peu mes pensées et je porte du coup un autre regard sur mon fils grâce à cette nouvelle distanciation. Et bien, il aime être dans d'autres bras, il a envie de vivre d'autres expériences, il me sourit quand on se retrouve.

Il se" tient debout et marche les bras en l'air tenu par les mains. Il découvre le monde d'un autre point de vue et ça lui plaît. Non tu n'écrira pas encore un a rticle.... je suis 

intéromppu......

Il voulait juste ajouter, ca, cacaca, ca....

Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 21:49
Ce soir, au moment du repas on fait ce qui était interdit jusque là, on patouille dans l'assiette pleine de purée de légumes !

On a commencé classique. On s'installe dans la chaise haute en prévision d'ingurgiter un délicieux repas. Petite contorsion et protestations, mais finalement, bébé se retrouve attaché dans sa chaise. Les mouvements de protestations se calment et bébé entreprend d'inspecter ses bretelles dont il convoite les extrémités en plastique qu'il mastique avec curiosité et insistance.
L'assiette de légumes arrive entre les mains de maman. On s'installe. Une cuillère, bébé ouvre la bouche on enchaîne. Zut, il manque le bavoir. A peine autour de son cou qu'une petite main rapide l'enlève et le jette par terre. On joue la naïveté une fois deux fois, à la troisième on dit non les yeux dans les yeux. Ca y est, il sait ce que cela veut dire. Régulièrement, il teste une nouvelle limite histoire de s'assurer qu'il y a toujours un parent à bord du vaisseau "je prends soin de toi". 

Et puis, des fois, on a pas envie de dire non, parce qu'il faut bien aussi lui laisser une chance d'expérimenter, de découvrir, d'inventer, de ressentir... afin d'éprouver sa liberté et sa capacité à contrôler son environnement. Evidemment, on ne prend pas le risque de le blesser juste de s'empatouiller.
Ah ! dit le bébé, enfin, je peux atteindre l'assiette, malaxer cette étrange mixture que j'ingurgite, en tester la consistance. Saisir la cuillère et la secouer, enfin juste une fois ! Après, la main lourde de maman m'empêche de recommencer. De prendre cette nourriture et de la portée à ma bouche et sucer mes doits jusqu'à la main.  Des fois, c'est même maman qui en rajoute sur mes doigts. J'observe cet étrange monticule calé entre mes doigts avant de l'engloutir. Avec un regard de connaisseur, je déguste ce plat de choix.

Ce soir, Elliot goûte plus son plaisir à expérimenter plutôt qu'à manger, acte qui reste la conséquence de sa manie de tout porter à la bouche. 

Avez-vous des séances de repas "expérimentales" pour partager un peu de ce quotidien pas quotidien? 
Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 21:27

Depuis quelques temps Elliot s'élève seul au dessus de ses fesses en position debout. Maintenant, il n'a plus besoin d'être assis pour réaliser cet exploit. De la position allongé, il envoie ses jambes sur le côté et se hisse à force de volonté plus que de muscles. Il sait ce qu'il veut et ce qu'il est en droit de demander du haut de son statut privilégié de bébé. Tout le monde craque bien sûr et c'est à qui lui soustraira un sourire, un mot, un câlin qu'il sait si bien faire en penchant la tête vers celle de son interlocuteur attendri. D'un parfait mouvement de négation il frotte son front contre notre front et rigole. Petit contact proximal qui satisfait bébé et nous comble de joie.

Maintenant, c'est sa main qui dirige le bal. Le bal qui l'emporte de lieux en lieux dans son carrosse préféré ( les bras d'un porteur attentionné). Il élève sa main au dessus de lui dans le prolongement de l'extension de son bras. Il récolte la lumière, la subtile substance des songes et des pensées qui flotte autour de lui et d'un air inspiré il médite sur les choses du monde. Je tente une quête de ce mystère originel en tendant moi aussi ma main vers l'indicible. 

Ce bras tendu prolonge la conquête de la verticalité. On essaiera le trempolin avant la fusée pour essayer d'atteindre la Lune dans le ciel.

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 21:41

Elliot change tous les jours. Il devient de plus en plus beau ! Il progresse. Bien sûr, comme tous les bébés. A la visite du neuvième mois, il est parfait sur ses courbes, il montre du doigt, il cause même si son langage est encore mystérieux pour nos oreilles si peu expertes, il joue à coucou, je suis là... 

Ce soir, pour la première fois, il était assis et s'est hissé aux barreaux de son lit à la force de ses bras, d'abord à genoux puis, il a utilisé une jambe d'appui pour finalement ... se mettre debout ! J'ai sorti les applaudissements et il était pas peu fier. Un sourire victorieux éclairait tout son visage. Il a ensuite tendu sa menotte, doigts ouverts avec le désir immense d'atteindre la lumière diffusée derrière le "Dieu" applique tant il semble vénérer cet abat jour en le fixant intensément, bouche ouverte et se contorsionnant pour le voir à chaque passage.
Il va bientôt falloir remonter les barreaux, dès qu'il saura passer de la position couchée à la position assise !

Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 21:45

Petit soucis de connexion et me voilà exilée de l'actualité des blogs que j'aime visiter. Et pendant ce temps là Elliot a eu neuf mois et je reprends le travail dans une poignée de jours, le premier avril !
Bon, l'envie est là mais je commence à réaliser le changement de rythme de vie et de relation avec mon bébé que cette rentrée implique. Qu'en pense les mamans qui ont déjà vécu cela ?

Elliot va bien. Il a fait une poussée de fièvre une journée avec une pointe à 40,2°C. KO le bébé. Il a dormi beaucoup et était peu actif. Le médecin que j'ai appelé m'a conseillé d'attendre deux jours pour laisser le temps à d'autres symptômes de se déclarer. Une fièvre seule ne donne pas d'information sur la nature du mal. Doliprane et bains dans la journée. Je le découvre mais la fièvre ne baisse pas. Après l'avoir allaité au chaud près de moi, la fièvre atteint même son pic.

Couvrir ou découvrir un bébé en cas de fièvre ... ? Sa température est retombée après qu'il ait pourtant dormi enveloppé dans une couverture près du feu. Le lendemain matin, la fièvre était légèrement au-dessus de 38°C. Il a retrouvé son tonus et son coup de fatigue passe. 

Neuf mois, et le voilà près à découvrir le monde et imposer sa loi. Non, tu ne touches pas la plante, non, tu ne tires pas sur le fil électrique, oui, je te cours après, oui, tu me cours après ( dans le youpala, bien sûr !!) Il accompagne sa fuite de petits cris semblables à ceux d'une petite souris apeurée. Sa main s'élève comme celle d'un orateur. Il l'admire loin de ses yeux, la fait tourner; Pas de petit signe de la main encore pour dire au revoir ou utiliser le langage des signes pour exprimer quelques mots.

Le quatre pattes n'est pas loin. Il est dans la phase de recherche de stabilité en appuie sur les bras et en équilibre précaire sur les genoux. Quand les jambes seront plus solides, les mains pourront s'élever et aller chercher un objet lointain. 

Il cause beaucoup plus. La visite de son papy et de sa mamie pendant une semaine lui a confirmé qu'il était bien l'objet d'attention de tous et lorsque des amis, de la famille ou des personnes viennent il fait le "cake". Trop mignon à voir ses efforts pour attirer l'attention quand depuis son rez-de-chaussée, niveau youpala, il tend le cou pour voir ce qui se passe au-dessus de lui à l'étage des buveurs d'apéros et des dévoreurs de gâteaux. Bon, il est très beau et attire la sympathie de tous, évidemment !!!

Oh, il pleure, à bientôt ! 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 23:14

Elliot n’a pas encore tout à fait neuf mois ( moins de dix jours) et se tient seul debout dans son parc, accroché au rebord. Son sourire se garnit de quelques dents supplémentaires. Il en a maintenant six qui poussent devant. Deux en bas et quatre en haut. Pas encore Dracula ! Il ne dort pas beaucoup la journée, une demie-heure grand maximum en fin de matinée et de nouveau en début d’après-midi, puis fini jusqu’au couché.

Il alterne entre le parc, la chaise haute, le youpala, les bras, le tapis d’éveil et un canapé lit pour varier ses activités dans la maison. Il se promène toujours en écharpe avec maman et en poussette avec mamie. Il nous sollicite beaucoup en ce moment pour se dresser sur ses pieds et marcher. 

Il mange de tout sans se faire prier mais tète toujours autant, refusant le biberon de lait et goûtant poliment le biberon d'eau mélangé au jus de fruits.
Il cause tout seul, à nous, aux chow-chow qu'il interpelle, appelle et imite ( respiration halletante  accompagnée de tout son corps).
Il guette le facteur à midi en mangeant, à moins que ce ne soit sa maman qu'il imite. 
Il aime les visites, les massages et ses berceuses préférées.
Il prend un objet dans chaque main et les choque comme pour les tester.
Il montre beaucoup de persévérance pour atteindre ses objectifs, comme attraper un objets hors de sa portée sur le sol, au-dessus ou à côté de la table à langer.
Il sait patienter en admirant le paysage par la fenêtre ou en détaillant les éléments de sa tenue vestimentaire ( fermeture éclair, manche, lacet... 

Il adopte des positions tordues à l'extrème sur sa chaise haute : celle du "cancre" au fond de la classe, les pieds sur la table, celle du bébé épuisé qui laisse pendre tête et bras sur le côté.
Il, il, il .... est adorable 
Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 21:05

Du bout de son index, Elliot découvre ce qui l'entoure : la dureté d'un objet, la granulosité d'un mur, les textures des tissus, la résistance au grattage des matières... C'est une sorte d'antenne qui se connecte sur le monde. Ce n'est plus bouche en avant mais doigt en avant. Tout ce qu'atteint son doigt devient objet de curiosité et soumis à expérience. Il adore s'introduire dans les bouches, les yeux parfois. Sans doute, torturé par ses propres dents celles des autres le renseignent un peu sur leur consistance, leur nombre, leur utilité.

Après avoir gratter une pomme à la cuillère pour proposer une compote improvisée à Elliot, j'ai épluché ce qu'il en restait et l'ai croqué devant lui. Son regard interrogateur m'obligea à quelques explications. Je lui dit alors que lorsqu'il aurait ses dents, il n'aurait plus besoin de manger des pommes en compote mais qu'il pourrait les croquer. Et bien, il m'a regardé droit dans les yeux sérieusement puis m'a souri presque gêné. On peut leur expliquer plus de choses qu'on ne croit à ces bébés.

Partager cet article
Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 13:34
Un peu d'élan en faisant balancer son derrière d'avant en arrière et hop ! de la position assise, Elliot se hisse sur ses genoux en tailleur. En quelques sorte, la position du lotus piqué sur ses deux pieds. Il attrape alors les barreaux de son parc et se maintient ainsi en cherchant dans notre regard une approbation. Badaboum, il tombe de toute sa hauteur en arrière ! Heureusement la couverture au fond de son parc amortie le choc et il ne touche aucun barreau. Je lui souris, me moque à peine. Il garde confiance et se relève sur son séant avec mon aide. Il revient à la charge et de son sourire séducteur nous invite à l'aider. Un petit singe en cage nous regarde et joue les équilibristes, accroché des deux mains aux barreaux. 

Si par hazard nous restons "indifférent" à sa requête, assis à proximité sur un fauteuil, il halète comme un chien en rebondissant sur son derrière en nous souriant. Trop drôle ! 

Bientôt, sur ses deux pieds ! 
Partager cet article
Repost0